Le Leadership Situationnel (traduction de Situational Leadership) est une marque déposée et le nom d’un cabinet de conseils. Nous utiliserons en lieu et place l’expression française de Management Situationnel. Situational Leadership Theory est une théorie de management développée par 2 chercheurs américains, Paul Hersey et Kenneth Blanchard (auteur du Manager Minute vendu à 18 millions d’exemplaires) en 1971.

4 niveaux d’analyse.

Le bon leader connait bien ses collaborateurs qu’il classe en 4 niveaux de compétences et 4 niveaux de motivation. L’autonomie de chacun est fonction de la combinaison de ces niveaux. Le bon leader mettra plus l’accent en fonction du degré d’autonomie du collaborateur soit sur la tâche soit sur la relation afin d’obtenir la meilleure exécution de l’objectif.

Ainsi pour une autonomie de niveau 1 (faible compétence et faible motivation) le management, centré sur la tâche sera directif, (cadrer, contrôler, former) et peu consommateur de temps.
Pour une autonomie de niveau 2 (compétence et motivation moyennes) le management centré sur la tâche et la relation sera explicatif ou persuasif (mobiliser, décider, expliquer, transférer son savoir faire) et consommateur de temps.
A une autonomie de niveau 3 (bonnes compétences et motivations) correspond un management participatif (travailler ensemble, dialoguer, associer à la prise de décision) consommateur de temps.
Enfin à une autonomie de niveau 4 (excellentes compétences et motivations) correspond un management de délégation (responsabiliser, soutenir, influencer, suivre la réalisation) peu consommateur de temps.

Du style à l’homme.

Hersey et Blanchard affirment l’importance du contexte et de la personnalité du collaborateur. Leur système est simple et réaliste. Il n’existe pas de bon style de management mais de bons managers qui savent s’adapter aux situations évolutives et aux personnes qui peuvent éprouver des baisses de moral ou d’efficacité. L’efficacité ne réside plus dans un style mais dans l’aptitude du leader à appliquer le style le plus adapté et passer du participatif à la délégation ou de l’explicatif au directif.

Ce sont les hommes et non les systèmes qui font la richesse d’une entreprise.

Share This