Du système à l’humain.

Pourquoi tant de mal être au travail, de scandales financiers, de manque de confiance envers les leaders qui gouvernent nos entreprises? Mais, c’est bien sûr, parce que ce ne sont pas de vrais leaders. Ne pouvant mettre en cause le système économique et les modes de régulation des marchés, les chercheurs se sont penchés sur la manière dont les dirigeants exerçaient leur leadership qui ne pouvait être que fausse. Un vrai et authentique leader, pratiquant le leadership authentique, ne peut qu’éviter les catastrophes et guider l’entreprise dans l’intérêt de la collectivité et pour le bien commun. Ce n’est pas le système qui est en cause mais l’individu qui est responsable des défaillances du système économique. Le système économique est bon, c’est l’humain qui est cause de ses faiblesses. Nous sommes loin de Rousseau.

Des chercheurs, anglo-saxons, se sont engouffrés dans ce nouveau champ d’études dans les années 2000 en construisant avec force questionnaires, définitions et observations le concept de leadership authentique mettant l’accent sur les qualités éthiques et humaines du leader, lesquelles sont censées ruisseler sur leurs collaborateurs pour leur bien commun et celui de l’entreprise. Kellerman en 2004 a démontré que l’incompétence, la rigidité, l’intempérance, l’insensibilité, la corruption, l’entêtement et la malveillance empêchaient un leader de réussir. Machiavel l’aurait peut-être désavoué ce qui justifie le fait qu’il fallait le démontrer.

Les 4 qualités d’Avolio et Gardner.

Ces 2 chercheurs ont établi un questionnaire analysant 4 caractéristiques du leadership authentique:

  • La conscience de soi : Elle mesure le degré de conscience du leader de ses forces, de ses limites, de la façon dont les autres le voient et des impacts qu’il a sur autrui. Elle s’appuie sur une connaissance de soi pointue et honnête.
  • La transparence : il s’agit du niveau d’ouverture aux autres, permettant au leader d’aller de l’avant avec leurs idées, leurs défis et leurs opinions.
  • L’éthique et la moralité : Le leader authentique accorde une grande importance aux conduites éthiques et morales et à celles qui y dérogent.
  • Le traitement équilibré des informations : il mesure à quel point le leader sollicite des points de vue avant de prendre des décisions importantes.

Les 5 dimensions de Bill George.

Dans Authentic Leadership, l’auteur propose cinq dimensions qui décrivent un leader authentique :

  • La compréhension de ses objectifs.
  • La pratique de valeurs solides.
  • Le fait de diriger avec son cœur.
  • L’établissement de relations connectées avec autrui.
  • La démonstration d’une autodiscipline.

Docteur Jekyll ou Mister Hyde?

Une vie authentique mène à un leadership authentique. La préférence de Bill George va au leader travaillant 50 heures, qui conjugue travail et vie privée plutôt qu’à celui qui travaille 80 heures. Les leaders équilibrés développent des entreprises plus saines. En sachant déléguer, ils dirigent plus efficacement.

Etre authentique est une démarche reflétée dans tous les aspects de sa vie. Au lieu de compartimenter les rôles mieux vaut être la même personne en toutes circonstances. Cette démarche aide les leaders à créer un modèle d’acceptation de soi et de transparence, inspirant pour toute leur équipe.

Cette recherche d’authenticité s’inscrit dans une plus vaste tendance à concilier bonheur et entreprise, vie privée et vie professionnelle. Les concepts de Chief Happiness Officer, d’Entreprise Libérée ou d’attention symétrique en sont les témoignages.

Des entreprises telles Netflix, Mars, Ubisoft adoptent cette démarche novatrice qui redonne cohérence et unité à une vie entière.