A la question « Comment fédérer une équipe » Google indique dix millions d’occurrences. Les conseils les plus pertinents en 3, 5 ou 7 points sont légion, dispensés par des experts, des cabinets, des revues de management, et des personnalités, (Nelson Mandela arrive en premier). Il est nécessaire de les parcourir mais c’est insuffisant car aucune prescription, même de bon sens, ne colle à la spécificité de chaque société, à sa relation à l’autorité ni à votre équation personnelle, votre passé dans la maison ou votre récente immersion en provenance d’un environnement différent.

Fédérer une équipe en 7 points:
Etablir un consensus autour des règles du jeu,
Associer chacun à un objectif commun,
Insuffler un état d’esprit solidaire,
Encourager et valoriser les singularités,
Créer des évènements pour tisser du lien,
Donner une identité forte à l’équipe,
Célébrer, féliciter et savoir accueillir l’échec.

Fédérer une équipe en 5 points selon Mandela:
Echangez, discutez, débattez,
Communiquez et puis communiquez,
Ne fuyez pas les conflits,
Créez du lien,
Développez votre consistance, votre épaisseur.

Si cela suffisait l’Afrique du Sud et les entreprises auraient plus de succès.
Dans la réalité, culture d’entreprise et équation personnelle du dirigeant sont les deux facteurs également déterminants du succès.

Culture d’entreprise et équation personnelle.

L’Oréal, Airbus, Google, Microsoft, toutes très performantes, ont des cultures différentes et le chef n’a pas toujours raison avec la même intensité. Parfois il a raison même s’il a tort. Le test Belbin définit les caractéristiques des membres d’une équipe et mesure leur complémentarité. Une belle bouche et un beau nez ne font pas toujours une belle gueule. Aimé Jacquet, qui ne serait pas désavoué par Didier Deschamps, lequel a refusé Benzéma dans la sélection de l’Equipe de France de football 2018, disait que le joueur sur le banc de touche avait la même importance que le butteur sur le terrain. L’alchimie du collectif est supérieure à la somme des individualités les plus brillantes.

La personnalité et le passé du chef de projet sont aussi essentiels. Un parachuté n’a pas le même crédit qu’un ancien de la maison. C’est ensemble que tous se déterminent comment se fédérer, qui fait quoi, quels sont les indicateurs, les étapes, comment célébrer et rester unis en toutes circonstances. Des entreprises sont plus sensibles au bottom up d’autres au top down.

Il n’y a pas de généralités, seulement des situations particulières. Outils modernes de RH et respect réciproque sont les meilleures garants du succès.

Share This