Un discours déjà commencé.

Vous l’avez déjà commencé. Oui, car votre e-réputation et votre réputation vous précédent. Bien avant que le premier son de vos propos n’ait été entendu, une multitude de signaux constitutifs de votre image ont déjà été émis. Cela commence par un éventuel programme qui informe l’audience de votre prestation, du thème abordé, puis il y a la configuration de la salle, sa température, sa lumière, la manière dont vous avez été présenté au public par le maître de cérémonie, votre tenue vestimentaire, votre démarche en montant sur scène, votre sourire, la présence et la qualité du pupitre derrière lequel vous vous exprimerez, le bon fonctionnement du micro ou de l’éventuel projecteur. Il y a donc des années que vous avez commencé votre discours.

Un discours continué.

Cette antériorité du début ne vous dispense pas de vous poser la question de la nature du public auquel vous allez vous adresser. En effet ce que vous allez dire est secondaire par rapport à la première question que vous devez vous poser; devant qui vais-je parler? Des études ont montré que 93% des messages émis dans un discours sont para verbaux. C’est la manière dont vous allez délivrer votre message qui est plus importante que le sens de votre propos.

Une audience toujours particulière.

C’est la nature de l’audience, autant que le thème imposé, qui va déterminer le registre de votre vocabulaire, l’éventuel humour dont vous ferez preuve (les publics anglo-saxons aiment bien un private joke introductif pour détendre l’atmosphère et créer un lien de proximité), la longueur de votre intervention ou l’éventuelle distribution préalables de documents.

Vous communiquerez un certain nombre d’informations dans votre discours, sauf à parler pour ne rien dire, donc vous émettrez du savoir. Or le public est constitué d’individus qui chacun vous écoute avec son histoire personnelle et son humanité. Vous allez parler à plusieurs personnes qui chacune veut se sentir exister pour vous et être reconnue par vous.

Reconnaissance plus que connaissance.
Les premiers sons émis doivent être des mots de reconnaissance qui affirment que le public existe et que vous lui être reconnaissant d’être là pour vous écouter. Les premiers mots doivent être des remerciements. Adressés d’abord au maître de cérémonie qui vous a présenté et introduit avec, bien sûr, trop d’immodestie, au public qui s’est déplacé si nombreux en ce beau jour de printemps. L’idée est de se mettre au niveau du public, généralement assis, que vous dominez si vous êtes sur une estrade ou debout.

Le choix du premier mot est fondamental. C’est l’étincelle qui allumera la mèche de votre exposé. Compte tenu de l’impératif de créer un lien de connivence avec l’audience je vous conseille de commencer par JE car vous remerciez le public et le présentateur de leur disponibilité et bienveillance.

Je vous remercie de m’avoir lu et suivi jusqu’ici.